La panne causée par le problème mondial d'Internet a été résolue. Toutes les applications fonctionnent à nouveau sans problème. Nous vous remercions de votre patience.

Comparaison des deux Codes des frais de construction CFC et eCCC-Bât

Il est possible de structurer les coûts de construction en fonction des catégories de travaux ou selon les parties d'ouvrage. A cette fin, CRB propose deux classifications de coûts différentes ‒ le Code des frais de construction CFC et le Code des coûts de construction Bâtiment eCCC-Bât ou Code des coûts de construction Génie civil eCCC-GC, le cas échéant. Entre ces deux types de structuration, le choix dépend des besoins propres en termes d'information, des tâches incombant respectivement aux divers intervenants sur un certain projet ainsi que des spécificités du projet en question et de la phase pour laquelle les coûts sont considérés.  

Texte: Tanja Heublein, responsable Développement & Technologie

En principe, les codes des coûts de construction permettent de structurer la représentation des coûts d'un certain projet. Cette subdivision peut être faite sur la base des catégories de travaux (entrepreneur, peintre, électricien, etc.) ou selon les parties d'ouvrage (radier, paroi extérieure, etc.). Comme il s'agit, dans la planification financière, de processus récurrents qui se rapportent au calcul, au contrôle et au pilotage des coûts pendant tout le processus d'étude et de réalisation, les codes des coûts de construction sont utilisables dans toutes les phases d'un projet de construction ‒ de sa conception stratégique à sa réalisation. CRB propose actuellement les codes des coûts de construction suivants sous forme de normes:

Structuration des coûts de construction selon les catégories de travaux:

  • SN 506 500 «Code des frais de construction CFC», édition 2017

Structuration des coûts de construction selon les parties d'ouvrage:

  • SN 506 511 «Code des coûts de construction Bâtiment eCCC-Bât», édition 2020
  • SN 506 512 «Code des coûts de construction Génie civil eCCC-GC», édition 2017

Code des frais de construction CFC

La norme SN 506 500 «Code des frais de construction CFC» impose une subdivision axée sur l'exécution des projets de construction Bâtiment et garantit ainsi une structuration des coûts homogène et comparable par catégories de travaux. Le CFC permet de recenser tous les coûts occasionnés par un projet de construction, de sa conception à sa réalisation. Ils incluent l'acquisition du terrain, les frais afférents au bâtiment, les frais d'équipement, les aménagements extérieurs et les équipements, tous les honoraires ainsi que les frais accessoires en tous genres.

La structuration hiérarchisée permet de subdiviser les calculs des coûts par catégories de travaux avec un degré de précision variable en fonction des besoins d'information. Pour ce faire, le CFC met quatre niveaux normalisés à disposition: groupes principaux, groupes, sous-groupes et catégories. Cette hiérarchisation des informations permet d'ajuster la précision des informations requises en fonction des besoins et de la phase du processus, de la conception à la réalisation. En outre, les quatre niveaux peuvent être complétés en fonction de l'utilisateur ou du projet, de sorte que les besoins en informations qui ne sont pas couverts par la structuration normalisée puissent être pris en compte. C'est à cela que servent les groupes principaux 6, 7 et 8 intitulés «Réserve».

La classification systématique des devis et des appels d'offres selon le CFC permet de reprendre les données des offres et des contrats d'entreprise et de les intégrer parfaitement à la gestion des coûts et des délais. Les sous-groupes ou catégories de travaux (numéro à 3 ou 4 chiffres) correspondent généralement soit à un contrat d'entreprise soit à un mandat. L'avantage que présente l'utilisation du CFC pour la subdivision des dossiers d'adjudication réside dans le fait que le niveau des catégories CFC (= numéro à quatre chiffres) correspond à peu près aux chapitres du CAN. La structuration du CFC peut ainsi intervenir aux stades du projet: devis, contrôles des coûts et décomptes (informatisés), ou pour les analyses statistiques de projet par catégories de travaux. De même, des comparaisons internes et externes sont possibles.

S'agissant du transfert de la planification financière à l'administration du bâtiment lors de la phase de réalisation, la structuration du CFC présente des avantages. Cependant, en y regardant de plus près, il faut noter que le calcul des coûts orienté exécution est assez difficile dans les premières phases du projet: la planification d'un projet est généralement orientée partie d'ouvrage alors que le point de vue orienté exécution devient de plus en plus important seulement lors de la réalisation ultérieure du projet de construction.

Code des coûts de construction Bâtiment eCCC-Bât

La norme SN 506 511 «Code des coûts de construction Bâtiment eCCC-Bât» met à disposition une structuration des coûts axée sur la planification pour les projets de construction immobilière. L'eCCC-Bât structure les frais d'un projet de construction en groupes de parties d'ouvrages, parties d'ouvrages ou éléments qui, avec l'extension standard de la structure «eCCC-Gate», peuvent être affiliés sans problème à la description des prestations ou aux positions du Catalogue des articles normalisés CAN dans le cadre de l'appel d'offre.

Pour ce faire, l'eCCC-Bât propose trois niveaux de structuration: groupes principaux (par ex. C «Gros œuvre»), groupes d'éléments (par ex. C01 «Fondations, radiers») et éléments (par ex. C01.01 «Supports de fondations, radiers, dalles de sol»). Des coûts et des grandeurs référentielles sont proposés à chaque niveau de l'eCCC-Bât et il est possible d'avoir une attribution claire de chaque partie d'ouvrage pendant toutes les phases du projet, de l'étude à la réalisation. Si la structuration de l'eCCC-Bât ne suffit pas à englober toutes les caractéristiques d'un projet de construction, la structure prescrite peut, à l'instar du CFC, être complétée par des groupes principaux, des groupes d'éléments et des éléments spécifiques au projet.

L'eCCC-Bât sert ainsi de base à la saisie systématique et détaillée des coûts d'un projet de construction, à leur calcul, à leur comparaison et à leur exploitation. Cela est possible grâce à des grandeurs référentielles qui sont normées à tous les niveaux de l'eCCC-Bât. L'application de l'eCCC-Bât favorise l'utilisation de termes univoques, une attribution structurée des grandeurs référentielles et des coûts ainsi qu'une représentation transparente des facteurs d'influence. Le Code des coûts de construction Bâtiment eCCC-Bât peut donc être perçu comme un instrument sans contradictions ni redondances, utilisable dans la pratique et de façon claire par tous les intervenants et pouvant également servir de check-list.

CFC ou eCCC-Bât?

Les avantages susmentionnés de la méthode eCCC – univoque, transparente et orientée partie d'ouvrage – sont de plus en plus appréciés dans la pratique. Lors de la mise en œuvre, on procède progressivement en estimant par exemple les coûts en fonction de la structure du Code des coûts de construction de l'eCCC-Bât alors qu'on utilise encore le Code des frais de construction CFC pour le traitement de devis. De cette manière, la banque de données interne peut être alimentée progressivement en valeurs référentielles et une maîtrise toujours meilleure de la méthode eCCC peut être attendue. Pour les entrepreneurs, les avantages du Code des coûts de construction Bâtiment eCCC-Bât sont évidents: les entreprises totales et les entreprises générales peuvent établir leurs offres plus rapidement sur la base des déterminations de coûts selon l'eCCC-Bât. En outre, cette détermination des coûts selon l'eCCC-Bât offre une vision plus limpide des frais effectifs afférents au bâtiment, sans imprécisions dues au système comme c'est le cas lors d'une analyse des coûts selon le CFC.

Conclusion

En tant que classification des coûts orientée exécution pour les projets relevant du Bâtiment, le Code des frais de construction CFC permet une saisie systématique des coûts par catégories de travaux et convient donc parfaitement pour la structuration des devis ou des appels d'offres. Cependant, les coûts d'un projet d'ouvrage peuvent être calculés avec le Code des coûts de construction Bâtiment, par éléments, ou eCCC-Bât, en se référant aux différents éléments ou parties d'ouvrage. Comparé au CFC, l'eCCC-Bât a pour avantage que le calcul des coûts selon l'eCCC-Bât via l'«eCCC-Gate» peut être rapproché de la structuration du CAN, ce qui contribue à plus de transparence et d'interopérabilité pendant tout le processus d'étude et de réalisation. Les discussions actuelles sur les thèmes de la numérisation et du BIM montrent aussi que les informations sur les coûts d'un projet basées sur les éléments peuvent être plus facilement intégrées dans les modèles d'ouvrages numériques, ce qui, selon le champ d'activité de l'entreprise, constitue également un argument pour l'application conséquente de l'eCCC-Bât comme méthode de structuration des coûts.

C'est pourquoi il ne nous est donc pas possible d'inciter à un recours systématique soit au CFC orienté exécution soit à l'eCCC-Bât orienté planification. Il est bien plus pertinent de choisir la structuration des coûts la mieux adaptée à chaque cas spécifique ‒ en tenant compte des besoins en information des intervenants d'un projet, des particularités de chaque projet et aussi de la phase retenue pour cette évaluation des coûts.

L'eCCC peut-il être utilisé comme structure d'adjudication?

La structure d'adjudication classique est orientée exécution et reprend la distribution entre les divers corps de métier.  Ceci implique par conséquent de distinguer différents "paquets" de tâches tels les travaux de bétonnage, de terrassement ou les travaux spéciaux de génie civil. Une telle répartition en paquets ou en lots de travail est alors fortement influencée par les chapitres CAN utilisés. 

De prime abord et dans l'ensemble, la structuration du CAN ne peut être immédiatement appliquée telle qu'elle à la structuration par éléments spécifique à l'eCCC-Bât. L'extension que propose l'eCCC-Gate permet toutefois une connexion directe avec le CAN au niveau des sous-éléments et des composants (4ème et 5ème niveaux). Il devient ainsi possible d'établir un budget conforme aux chapitres CAN pour les coûts relatifs aux unités d'adjudication calculés dans la structure eCCC-Bât. Inversement, il est également possible de déduire des prix unitaires selon la structure par éléments de l'eCCC-Bât sur la base des contrats finaux des différents corps de métier. L'étape de la planification budgétaire ou, inversement, celle de la déduction de valeurs référentielles peuvent s'effectuer manuellement ou de façon semi-automatique, mais il n'en convient pas moins de les contrôler et de les opérer au regard des spécificités du projet particulier.

Comment l'eCCC est-il appliqué dans la phase de réalisation?

On représente les coûts planifiés au moyen de l'eCCC. Cette structure est ensuite déterminante pour le contrôle et l'examen des coûts effectifs, lesquels résultent des prestations effectuées. La transposition ainsi anticipée de la structure CAN, orientée exécution, à celle par éléments dans l'eCCC permet une comparaison permanente entre les coûts effectifs et les coûts planifiés.